Didier Becchetti ArchitectesMerci de patienter quelques instants
Partager


Parti architectural

Le projet de la tour d’atomisation s’empare des contraintes industrielles du site et du programme pour mieux les transcender et ainsi faire de ce bâtiment un lieu de production efficace et rationnalisé, un lieu de vie et de travail agréable et adapté au process industriel pour lequel il est créé et un outil de communication conforme à l’image innovante et avant-gardiste de la société Robertet fondée en 1850.

Le parti architectural repose donc sur 3 volontés majeures: conférer à l’établissement le caractère représentatif du process industriel avancé qu’il abrite, insérer harmonieusement le bâtiment dans son environnement proche et lointain et rationaliser l’organisation des fonctions et des cheminements.

Le projet donne à lire une organisation simple et rationalisé. La composition du plan masse reflète l’organisation générale du bâtiment. Ainsi, chaque entité volumétrique représente une fonction. 4 éléments sont parfaitement identifiables: la tour d’atomisation où s’installent les principaux équipements techniques liés au process industriel d’atomisation dans la partie Nord Ouest de l’ensemble. Les ateliers de préparation, directement liés à la tour d’atomisation au Sud Ouest de l’ensemble.La zone de stockage et son auvent vers et depuis laquelle se font les livraisons et expéditions par camions de matières premières ou produits finis au Sud Ouest. Le volume technique situé dans l’intervalle des volumes principaux accueille les locaux techniques de la tour d’atomisation en son sommet.

L’organisation des volumes et des fonctions se développe autour d’un noyau de distribution central permettant de rationaliser les cheminements des opérateurs et d’organiser les zones de production de façon fonctionnelle et limpide dans le but de favoriser les échanges et privilégier la qualité du cadre de travail. Cette circulation principale offre des vues sur les différentes étapes du process sans pénétrer dans les zones de production réservé au personnel afin d’autoriser la découverte des installations par des visiteurs sans interrompre le processus de production.

Insertion urbaine

Le site Robertet du plan de grasse est un site industriel, en développement constant, aux qualités paysagères affirmées. Il a été acquis par la société Robertet au début des années 1980 afin de palier à l’étroitesse de son site historique de Saint Claude mais aussi pour y développer un programme d’investissement de grande envergure. Il accueillait, dans un premier temps, l’unité des arômes alimentaires permettant ainsi à la société de disposer d’un outil de production répondant aux dernières normes techniques de l’époque. En 2011, une nouvelle usine a été construite dans la partie Sud du site, en limite de l’emprise des terrains de l’entreprise Charabot, symbole de la prise de participation de Robertet dans cette entreprise.

Le projet de la tour d’atomisation s’inscrit dans un contexte clairement bâti, suivant des gabarits similaires aux bâtiments existants. Sur ce site industriel ancien et composé de bâtiments hétéroclites, le projet de la tour d’atomisation tente de créer une cohérence d’ensemble en opérant une synthèse, tant du point de vue de la volumétrie générale que de l’écriture architecturale. Ainsi, la tour d’atomisation s’inscrit en continuité et dans le gabarit du bâtiment principal construit en 2011 le long de la route départementale afin de compléter la « façade urbaine » des installations industrielles de Robertet et ainsi mettre en valeur le dynamisme et la croissance de ses activités. Elle affirme par ce biais son rôle symbolique mais aussi urbain à l’échelle du site entier. Les façades, traitées en majeure partie en béton brut, déclinent l’écriture architecturale initié par le bâtiment principal. La sobriété, la compacité et le minimalisme sont des traits communs aux deux bâtiments. Le projet tisse aussi des liens avec les bâtiments historiques. Le gabarit de la tour d’atomisation, élément le plus haut de l’ensemble fait écho à la tour de distillation toute proche. Cette similarité d’échelle permet au nouveau bâtiment de s’intégrer harmonieusement au contexte bâti environnant. En s’implantant sur un parking directement en face d’un bâtiment existant, le projet se confronte à l’écriture architecturale industrielle traditionnelle, marquée par l’omniprésence du bardage métallique, représentative de l’esthétique générale des premiers bâtiments construits sur le site. Ainsi, en résonnance à cette esthétique, le volume des ateliers de préparation est revêtu d’un bardage en aluminium satiné soigneusement calepiné. Ce traitement de surface donne à lire une décomposition volumétrique affirmée.

Le nouveau bâtiment participe à la séquence d’accès du personnel et des visiteurs depuis l’entrée du site vers le bâtiment principal. La rupture d’échelle induite par l’attention au traitement des surfaces permet de faire de cette nouvelle séquence un espace de qualité à l’échelle du piéton.Le projet de la tour d’atomisation conserve et même renforce la présence de la limite paysagère forte composée par les muriers le long de la limite Nord Est de la parcelle. Cette limite crée un filtre entre la voie publique et les nouvelles installations. De plus, les qualités paysagères du traitement de la RD304, en créant un premier plan végétal omniprésent, permettent de diminuer l’impact du bâtiment dans le paysage proche et lointain.

En tissant des liens physiques autant que symboliques, le nouveau bâtiment veut s’ancrer dans son environnement mais aussi dans la longue histoire industrielle de l’entreprise Robertet.

Aspect extérieur

Le projet est compact, sa géométrie est maîtrisée, son dessin est épuré, minimaliste sans être strictement technique. L’écriture du projet décline le vocabulaire architectural propre au site industriel de la société Robertet initié lors de l’édification du bâtiment principal. Le projet exprime une réelle contemporanéité dans le traitement des façades et le choix des matériaux. Le mode constructif est guidé d’une part, par les exigences règlementaires d’une installation classée mais aussi par la volonté de conférer une image forte et empreinte de stabilité à l’édifice.

Ainsi, les façades des volumes principaux sont traitées en béton brut hydrofugé. Les joints de banche sont marqués en creux afin d’exprimer l’identité constructive du bâtiment et de fractionner le volume imposant de la tour d’atomisation. L’ensemble des soubassements est aussi en béton brut afin d’assurer une bonne pérennité des ouvrages exposés. La définition de l’état de surface, la régularité de l’aspect et le traitement des joints deviennent des éléments fondateurs de la démarche conceptuelle. Le volume de la salle de préparation situé au premier étage fait l’objet d’un traitement particulier. Il est habillé d’une peau en bardage en aluminium satiné soigneusement calepiné. Cette dichotomie de façade détache le volume de l’ensemble. Le volume émergeant de l’entre-deux abritant les équipements techniques liés au process industriel et à la tour d’atomisation est habillé d’un pare vue à ventelles métalliques.

Les ouvertures et leur nature affirment la singularité du programme, elles viennent ponctuellement et parfois sur des grandes dimensions interrompre l’enveloppe relativement uniforme de l’ensemble. Une grande baie perce le volume abritant les tours d’atomisation pour permettre d’y intégrer les prises d’air mais aussi créer une empreinte obturée par un mur fusible permettant l’accès aux zones devant abriter ultérieurement de nouveaux équipements tout en conservant le process existant en ordre de marche. Cette baie est protégée par un ensemble menuisé composé de ventelles métalliques. Des fentes verticales vitrées éclairent la partie basse de la tour d’atomisation. Une réelle attention est portée à la qualité d’ambiance des zones de production. Le soubassement, quant à lui, est majoritairement fermé. Il s’ouvre pour signaler les différents accès au bâtiment. Dans l’axe de la façade Sud Ouest pour accéder au noyau de distribution central, au Nord Ouest et Nord Est pour atteindre les zones de production. Le auvent, dans l’angle sud, abrite l’accès aux zones de stockage des matières premières.

ATELIER D’ATOMISATION – GRASSE (06) «Le mode constructif est guidé par les exigences réglementaires d’une installation classée mais aussi par la volonté de conférer une image forte et empreinte de stabilité à l’édifice.»

LIEU
Robertet, site du plan de Grasse, Grasse

STADE DU PROJET
Livraison décembre 2014

PROGRAMME
Création d'un atelier d'atomisation comprenant:
- des zones de stockage
- des ateliers de préparation, d'atomisation et de conditionnement
- des vestiaires
- un bureau de contrôle


MAITRE D'OUVRAGE
Robertet SA

ARCHITECTES
Didier Becchetti Architectes

PARTENAIRES
SEI, BE structure
Enerscop, BE électricité fluides
Tempo Consulting, OPC
Apave, bureau de contrôle
Fondasol, géologue


SURFACE
1810 m2 SDP

COUT DES TRAVAUX
3 600 000 € HT

IMAGES / PHOTOGRAPHIE
Pascal Pronnier photographe